crédits
Site du Bas-Rhin facebook
numéro vert
  • Magali, traumatisée crânienne raconte son quotidienPublié le : 23-10-2012

Sécurité Routière

Chiffres et statistiques sur les accidents de la route, quiz pour tester ses connaissances, zoom sur la reconstitution d'un accident (appel des secours, arrivée des secours, prise en charge des blessés...), témoignages de jeunes victimes d'accidents graves...

Présentez-vous en quelques mots

Bonjour, je m’appelle Magali, j’ai 27ans et j'ai été victime d’un très grave accident de la route en 2002.
Cela fait 9 ans maintenant que je suis HANDICAPEE, 9 ans…

Vous avez eu un accident de voiture, il y a plusieurs années. Dans quelles circonstances est-ce arrivé ?

Je suis sortie en discothèque un samedi soir, dans la région de Saverne, et l’accident est arrivé ce soir là.
En sortant de discothèque avec mon petit copain, un ami à celui-ci s’est chargé de nous emmener en voiture chez nous. Personne n’avait bu, ni pris de la drogue… mais le conducteur roulait trop vite et était inexpérimenté. Il a perdu le contrôle de son véhicule. La vitesse était fatale et elle ne fait pas de cadeau. C’est bien pour ca qu’il y a des règles mises en place et à respecter.

J'ai été éjectée de la voiture ainsi que mon copain. Lui est retombé sur quelque chose ou a tapé sur quelque chose au niveau de la moelle épinière et il est aujourd’hui paraplégique. C'est-à-dire qu’il n’a plus l’usage de ses jambes. Pour ma part je suis retombée plus loin et ma tête a heurté violement aussi quelque chose et aujourd’hui je suis traumatisée crânien. Un traumatisme crânien peut arriver lors de petits incidents c’est vrai, en tombant de cheval, de vélo…Mais là, je parle d’un traumatisme grave avec une perte de connaissance et qui vous cloue pendant un an et demi dans un lit d’hôpital !

J’ai fais 3 mois de coma et 1 an et demi d’hospitalisation.
3 mois de coma, ce n'est pas comme dans les films où l’on se réveille en disant : "Alors John, on va boire un café avec Betty !?" Non, ce n’est pas comme dans les films ! Quand tu es dans le coma, tu te réveilles très très progressivement, un jour tu bouges ta main, l’autre tu fronces les sourcils… que des petits mouvements qui s’accumulent et participent au réveil de ton corps. C'est une suite de progrès, avec parfois, des périodes de régression importante.

Mes parents se débrouillaient pour être là tous les jours. Ma mère venait tous les jours après le travail et très souvent elle était accompagnée par ma marraine, ma tante et d'autres membres de ma famille et amis.
Mon père aussi était toujours là… Et je me souviens qu’un jour il était parti en Italie et il m’a téléphoné d’Italie pour prendre de mes nouvelles. Ma sœur rentrait de Troyes, où elle faisait ses études, tous les weekends pour venir me voir.
Après 9 mois passés à l'hôpital, j’ai intégré le centre de rééducation tant bien que mal, et là c’était le déclic.
Je me sentais revivre. Qui dit revivre, dit forcement tout réapprendre. Car Traumatisé crânien grave cela implique que tu dois tout réapprendre. TOUT
Parler, bouger, marcher, écrire, tenir une cuillère, manger (déglutir), rire, boire… et j’en oublie surement.
Je tiens à noter que le TC (traumatisé Crânien), est comme un bébé à qui il faut tout réapprendre. Il reste quelques souvenirs d'avant, mais plus rien d’important. Comme le premier jour où on a eu la gueule de bois.
Mais à part ca tout est absent.
Chaque TC réagira différemment, car les zones de cerveau touchées seront différentes ainsi les séquelles seront différentes. On ne peut pas dire que c’est comme un bras dans le plâtre, qui va se reconsolider. Non ! Un TC garde des séquelles et peut avoir des problèmes de langage, de marche, de mémoire, de comportement, d’attention, d’équilibre…et j’en passe. Souvent les séquelles sont invisibles et incompréhensibles des autres.

Quelles ont été les suites et les conséquences pour vous ?

Comme je disais, il faut tout réapprendre quand vous avez fait un TC. Comme un ordi, ou vous avez fait un reset. J'ai donc du tout réapprendre, mais toutes mes facultés ne sont pas revenues. Résultat, j’oublie tout, je suis lente, très vite fatiguée, je perds tout le temps l’équilibre. Les gens dans la rue me traitent parfois de "bourrée", car mes problèmes d'équilibre me donnent une démarche titubante. Cela me fait mal, car ils ne connaissent pas mon problème et ignorent toutes les souffrances que j'ai endurées. Je perd les choses ( mes parents doivent refaire des doubles de tout). Il y a aussi une perte de confiance envers moi car je ne suis jamais sûre de ce que je fais ! ( Ha ben, oui j’oublie tout.)

J'ai également dû interrompre mes études. J'étais en classe de terminale ES au moment de l'accident. Après la rééducation j'ai repris les cours en fauteuil roulant. C'était très difficile pour moi de me réintégrer dans le monde des étudiants. Au bout de 2 ans j'ai obtenu mon bac. Puis j'ai tenté de poursuivre mes études par un BTS. Mais, le rythme des études était trop rapide et j'ai eu beaucoup de difficultés à suivre. Au final, j'ai dû accepter mon handicap et ma nouvelle vie. Mais ce n’est pas un traumatisme crânien qui va m’empêcher de vivre.

Etes-vous engagée aujourd’hui au sein de l’AFTC ? Si oui, quel est votre objectif, votre rôle ?

Aujourd'hui je suis au conseil d'administration de l'AFTC (Association Française des Traumatisés Crâniens)et j'essaie d'aider tous les traumatisés qui n'ont pas aussi bien récupéré que moi. Je fais également de la prévention dans les écoles, souvent en collaboration avec la Prévention Routière, pour laquelle j'ai d'ailleurs participé à un clip vidéo destiné aux scolaires. L’un des moyens est de témoigner devant des jeunes (ou moins jeunes) de mon vécu. Je suis contente si mon témoignage aura fait réfléchir certains jeunes et ainsi j’aurai pu éviter un accident ce week end ! Comme je dis, ce n’est pas un TC qui va m’empêcher de vivre ! Je me suis engagée dans l’association pour moi (égoïstement), puis pour aider les autres.

Avez-vous un message à faire passer aux jeunes qui vous lisent ?

Je voudrais leur dire plusieurs choses :

  • ne faites pas les fous au volant, la vie est un bien précieux
  • ne perdez jamais courage, battez-vous autant que vous le pouvez
  • Engagez-vous ! Mon engagement est une force, pour moi-même et pour les autres. Voir comment je pourrai aider un ami, ou m’investir dans une activité, est un réel plaisir.